Défini par certains comme un état d’esprit et considéré par d’autres comme des principes philosophiques hindouistes, le yoga selon Larousse est défini comme suit : « Discipline spirituelle et corporelle, issue d’une très ancienne méthode d’obtention de l’illumination, systématisée dans le texte du Yogasutra et qui vise à libérer l’esprit des contraintes du corps par la maîtrise de son mouvement, de son rythme et du souffle ». D’origine traditionnelle indienne, c’est au IVe siècle av. J.-C. que les Yoga Sūtra et la Bhagavad-Gītā sont rédigés, ils sont les textes de référence du yoga.

Le Yoga et la maladie de Parkinson

Outre les symptômes moteurs, près de la moitié des patients atteints de Parkinson souffrent d’anxiété et/ou de dépression, et donc des interventions visant l’ensemble de ces symptômes sont pertinentes. Il a été démontré que des approches « corps-esprit » comme le yoga, la danse, le Qi Qong, le Tai-chi, sont des démarches holistiques(*), qui ont des effets bénéfiques sur la santé physique. Ces exercices comportent également souvent une composante mentale, de sorte qu’ils peuvent également avoir un impact positif sur la santé psychologique des patients. Ainsi la pratique du yoga ne se contente pas seulement de promouvoir la détente et vous aider à obtenir le sommeil une bonne nuit. Elle peut vous aider à devenir plus familier avec votre corps et ses capacités, ralentir la progression de la maladie et soulager ses symptômes : En plus d’améliorer la mobilité, l’équilibre, l’amplitude des mouvements, la souplesse et de renforcer les muscles, les tremblements sont aussi diminués. Le yoga est une option de traitement efficace pour gérer l’anxiété et les symptômes dépressifs, ainsi que pour agir sur d’autres paramètres comme l’humeur et le bien-être des patients tout en améliorant les paramètres physiques en rapport avec la maladie. Ils trouvent plus facilement le sommeil, sont moins sujets aux dépressions et retrouvent une certaine assurance. Donc une meilleure qualité de vie. Certaines poses de Yoga ciblent des groupes musculaires spécifiques, que vous pouvez utiliser à votre avantage pour aider les tremblements de contrôle. Vous pouvez également utiliser votre pratique pour aider à augmenter votre mobilité, la flexibilité et la force. (*) La thérapie holistique est une médecine non-conventionnelle, s’appuyant sur un sens dérivé du holisme, et désignant des méthodes qui seraient fondées sur la notion d’un soin apporté en tenant compte de la « globalité de l’être humain » : physique, émotionnel, mental et spirituel, ou corps-espritet se distingue de la médecine conventionnelle en considérant le patient « comme une personne et non comme un malade » Wikipedia

Bégaiement – Un mot pour un autre

La maladie de Parkinson se caractérise par des troubles moteurs qui peuvent affecter les muscles nécessaires à la parole. La dysarthrie est en effet une difficulté, non pas à trouver les mots ou à les agencer, mais à les articuler et les rendre audibles. Les caractéristiques de votre dysarthrie ? rythme lent voix très faible […]

0 commentaire

Crampes

IC nocturne Que faire ? La prise de médicaments dopaminergiques ramène le plus souvent les structures dopaminergiques atteintes à un seuil de tolérance à la douleur normal. ACUPUNCTURE MEDITATION QI QONG – Embrasser l’arbre QI QONG – Marche du rein TAI CHI SOPHROLOGIE YOGA YOGA DU RIRE

0 commentaire

Dépression et maladie de Parkinson

DE QUOI S’AGIT-IL ?

La dépression est une maladie reconnue qui peut toucher tout un chacun. On parle de dépression lorsque plusieurs symptômes s’installent sur une longue période et de façon pratiquement permanente entrainant ainsi une grande souffrance et des répercussions notables sur le quotidien. Mais il est possible de se sentir triste, « déprimé » face aux différents événements de la vie sans que cela soit une dépression.

0 commentaire

Douleurs du système digestif

Restez actifs et profitez des bienfaits de ces pratiques parfois ancestrales. Que faire ? La prise de médicaments dopaminergiques ramène le plus souvent les structures dopaminergiques atteintes à un seuil de tolérance à la douleur normal. ACUPUNCTURE QI QONG – Embrasser l’arbre QI QONG – Nourrir le centre SOPHROLOGIE YOGA YOGA DU RIRE

0 commentaire

Douleurs neuropathiques

Elles sont de Deux types : dues au système nerveux central elles peuvent être caractérisées par des « coups de couteau », des démangeaisons, brûlures ou serrement. douleurs lombaires : le cou peut être raide (névralgies) et la colonne vertébrale perd de sa souplesse et provoque des douleurs aux pieds / jambes, des engourdissements et […]

0 commentaire

Emotivité excessive

Techniquement, la réduction de Dopamine et de Noradrénaline provoque la défaillance des neurotransmetteurs qui perturbent les circuits limbiques, sources de l’émotivité et du plaisir. Cette défaillance provoque chez une majorité de malades deux sensiblités assez pénalisantes : Une émotivité déréglée / super-émotivité : le plus souvent excessive (attention aux films émouvants), parfois un endurcissement apparent […]

0 commentaire

Engourdissement des doigts

Crispation du poignet et du coude dus à un nerf comprimé Que faire ? La prise de médicaments dopaminergiques ramène le plus souvent les structures dopaminergiques atteintes à un seuil de tolérance à la douleur normal. ACUPUNCTURE OSTEOPATHE QI QONG – Embrasser l’arbre SOPHROLOGIE YOGA

0 commentaire

Essoufflement

La maladie de Parkinson se caractérise par des troubles moteurs qui peuvent affecter vos capacités respiratoires. Les causes ? Contractions musculaires touchant aussi le système respiratoire, Repli sur soi, position épaules basses et repliées vers l’avant, Manque souvent d’activité sportive. Le comportement à adopter ? Quelques suggestions : Ouvrir les épaules et ramener les épaules […]

0 commentaire

Fatigue excessive

Des symptômes non moteurs sont parfois présents avant les symptômes moteurs et le diagnostic de la maladie de Parkinson. La fatigue en fait partie et peut avoir plusieurs causes : Souvent un état dépressif, triste, pessimiste, nerveux, anormalement préoccupé, se disant «  incompris », «  non soutenu »… La lassitude devant la maladie, L’anxiété, De fréquents troubles du […]

0 commentaire

Gérer la complexité

Le ressenti populaire de la maladie de Parkinson et la peur du regard des autres impactent la vie psychique du malade et des accompagnants, et la vie professionnelle du malade, débouchant souvent sur l’isolement social. Le malade parkinsonien souffre de 21 symptômes en moyenne sur les 40 que nous avons recensés. Les symptômes caractéristiques sont […]

0 commentaire

Impatience physique – Akathisie

Symptôme classique de la maladie de Parkinson, le besoin de bouger sans cesse les jambes arrive de manière intermittente en début de maladie, et est plus récurrent et gênant avec le temps et les fluctuations des médicaments. Certains malades ne le ressentent que la nuit. Il s’agit de déséquilibres dopaminergiques : trop peu ou trop […]

0 commentaire

Lenteur des mouvements – Akinésie

L’akinésie, avec les tremblements et l’hypertonie musculaire (rigidité) fait partie des principaux symptômes de la maladie de Parkinson.L’akinésie est une lenteur d’initiation des mouvements et de la coordination des mouvements avec une tendance à l’immobilité. Elle interfère avec toutes les activités de la vie courante : la marche est ralentie, elle s’effectue à petits pas, […]

0 commentaire

Mouvements involontaires – Dyskinésie

La Dyskinésie, ce sont des mouvements anormaux et involontaires dus à l’utilisation de la DOPA qui est distribuée anarchiquement par des neurones Dopaminergiques malades. Il ne s’agit donc pas de symptômes de la maladie de Parkinson à proprement parler. La plupart des parkinsoniens développent ce type de réactions après plusieurs années de traitement. Les dyskinésies […]

0 commentaire

Problèmes de sommeil

Un sommeil régulièrement perturbé est un vrai sujet. Il peut avoir plusieurs conséquences : La nuit : Insomnie Rêves anormaux Sommeil agité Dans la journée : Somnolence progressive Endormissements profonds / immédiats et incontrôlables Il peut être utile de consulter et de pratiquer un examen de votre sommeil pour essayer de réduire la fatigue. Cet examen […]

0 commentaire

Rigidité musculaire – Hypertonie & Dystonie

La rigidité des mouvements ou hypertonie Il s’agit d’une tension excessive des muscles. Elle provoque une sensation de raideur qui peut être douloureuse. Elle peut toucher tous les muscles du corps. Cependant, elle prédomine le long de la colonne vertébrale, ce qui génère une posture penchée vers l’avant. La dystonie dite des membres supérieurs C’est […]

0 commentaire

Tremblements

Le tremblement de repos Très souvent asymétrique, il apparaît lorsque la personne a les muscles complètement relâchés, et il disparaît lors du mouvement. De fréquence 4 à 6 par seconde, il affecte surtout les bras ou les mains plutôt que les jambes. Il provoque des mouvements de la main comparables à l’émiettement du pain ou […]

0 commentaire

Troubles de l’attention et de la mémoire – Cognitif

Les troubles cognitifs dus à la Maladie de Parkinson apparaissent assez rapidement et touchent une majorité de malades, mais ne sont pas très pénalisants. Ils ne doivent pas être confondus avec d’autres difficultés – psychologiques (apathie & tendance dépressive) ou sociales, ou simplement la fatigue). Il s’agit plutôt de troubles de : l’attention la capacité […]

0 commentaire

Troubles de l’équilibre

La maladie de Parkinson se caractérise par des troubles moteurs qui comportent, après plusieurs années et plus ou moins intensément selon les personnes, des troubles dits axiaux dont : des troubles de l’équilibre, des difficultés à marcher, à se tenir droit(e), parfois à se cogner aux meubles, voire des chutes Ils peuvent avoir un impact […]

0 commentaire

Troubles du comportement

Les troubles du comportement reconnus dans la maladie de Parkinson, sont apparemment liés aux agonistes dopaminergiques, médicaments antiparkinsoniens. Ils peuvent être : Le développement de la créativité. « Certains patients se mettent à peindre ou à écrire alors qu’ils ne l’avaient jamais fait auparavant » ; L’hyperactivité. « Les patients bricolent ou font le ménage pendant des heures » ; […]

0 commentaire

Troubles urinaires

Les troubles urinaires sont dus à la réduction de dopamine. Ils se caractérisent par des besoins « fréquents et urgents » et perturbent la vie de plus d’un tiers des malades au début et deux tiers après 5 ans de maladie de Parkinson, dont 2/3 la nuit (nycturie). Heureusement, l’incontinence ne touche les malades que très tard […]

0 commentaire

Visage figé

Il est très fréquent que les malades de Parkinson aient des troubles de l’expression du visage. Cela peut s’appeler hypomimie ou amimie.Hypomimie : absence de mimique caractéristique de la mélancolie, voire de la dépression.Amimie : réduction de la mobilité du visage alors qu’il n’y a pas de paralysie.L’hypomimie et l’amimie sont à mettre en lien avec la diminution […]

0 commentaire

Remerciement

Peggy van Hulsteyn est une journaliste américaine pratiquant le Yoga depuis 40 ans.
Elle a été diagnostiquée Parkinson iI y a 12 ans et cherche depuis à vivre au mieux la maladie par cette remarquable thérapie qu’est le Yoga.
Avec le concours de ses professeurs et amies, elle a écrit pour tous un livre qui a eu beaucoup de succès dans le monde anglosaxon, et dont elle nous a gentiment autorisé à diffuser quelques extraits :
« Yoga and Parkinson Disease – A journey to Health and Healing

Ce n’est qu’une approche, et chacun d’entre nous pourra se l’approprier et partir vivre ses propres expériences avec cet éclairage

Merci Peggy

Compléments

Extraits de Yoga and Parkinson Disease – A journey to Health and Healing de Peggy van Hulstey

***

Dans un premier essai pilote contrôlé en aléatoire (ECR) à, treize patients présentant des stades légers et modérés de la MP ont été assignés au hasard à une pratique de yoga ou à un groupe témoin. La pratique a consisté en des séances deux fois par semaine pendant 12 semaines. Les chercheurs de l’Université du Kansas ont constaté en essai pilote sur 13 patients qu’en 6 semaines à peine, les scores des patients à l’échelle de classification unifiée de la maladie de Parkinson (UPDRS), étaient considérablement améliorés. Cette amélioration des scores UPDRS pourrait s’expliquer par une amélioration des symptômes moteurs tels que la diminution des chutes et une amélioration de l’équilibre, ainsi que par des symptômes non moteurs tels qu’une diminution de l’anxiété et du stress. 

***

L’institut John F Kennedy Institut du Danemark décrit que « utilisant 11C-raclopride, la démonstration a été faite de Dopamine libérée pendant la méditation yoga nidra ».

***

Lors d’études réalisées à Hong-Kong, les patients qui ont participé au yoga en pleine conscience, en plus des améliorations physiques, ont montré une réduction significative des symptômes d’anxiété et de dépression, une perception d’une plus grande équanimité, et une amélioration de la qualité de vie en rapport avec la maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
En insérant un commentaire, vous acceptez la possibilité qu'il soit publié et visible par les autres utilisateurs.
Pour un message confidentiel, cliquez sur le lien Nous contacter.