Tai Chi

Le Tai-chi est pratiqué pour des raisons de santé et de longévité.

C’est une discipline corps-esprit d’origine chinoise comportant un ensemble de mouvements continus générés par les jambes et se répercutant dans les bras. Ronds et spiralés, ces mouvements sont exécutés avec lenteur et précision dans un ordre préétabli appelé « forme ».

Très bon pour la santé, il repose sur un ensemble d’exercices physiques doux et d’étirements.

Les mouvements s’enchainent de manière fluide, chacun est généré par le précédent comme une bobine de fil qui se déroule. Même si la surface du corps peut sembler immobile, un travail profond a lieu.

Historiquement et culturellement, c’est un art martial chinois datant du 17e siècle, classé dans la catégorie des pratiques internes parce qu’il se pratique lentement et se centre sur la sensation. Il repose sur la philosophie taoïste et s’inscrit dans la tradition de recherche de longévité.

Peter Wayne analyse le Taiji Quan dans « The Harvard Medical School Guide to Tai Chi: 12 Weeks to a Healthy Body, Strong Heart, and Sharp Mind ». Il y détaille les points clefs du Taiji Quan selon un découpage compréhensible par les occidentaux.
Huston et McFarlane les synthétisent dans un tableau :

 

 

Prise de Conscience La « pleine conscience » du moment présent sur la position du corps, les mouvements et les sensations est essentielle dans le Tai Chi
Imager Les images sont un support pour l’apprentissage (ex : les mains bougent comme des nuages
Limiter les efforts Les mouvements se veulent « biomécaniquement) efficaces afin de limiter l’effort
Détente et souplesse Le stretching par des mouvements, circulaires et fluides permet de faire glisser le corps et l’esprit vers une plus grande relaxation
Equilibre et force Placer son poids sur 1 pied dans une position légèrement repliée provoque une force augmentée aux extrémités et un meilleur équilibre
Respiration naturelle Respirer tout en faisant des exercices améliore l’oxygénation et le calme
Partage De bonnes relations au sein du groupe d’entrainement est un bon support et donne le sens de l’appartenance à une communauté
Fusion du corps, de l’esprit et de l’âme Le Tai Chi est une démarche holistique très positive

C’est donc une approche corps-esprit qui passe par la pleine conscience du geste et la respiration. Le Taiji Quan permet un relâchement et une posture stable propice à un geste fluide et contrôlé.

La méta analyse de Huston et McFarlane concernant les publications sur les bienfaits du Taiji durant les 45 dernière années (500 études, 120 revues systématiques) met en lumière de multiples effets bénéfiques à la fois physique et mentaux et indique un excellent niveau de preuves des bénéfices du Taiji pour la maladie de Parkinson (sans préciser le stade précoce ou avancé pour autant).

Leur travail identifie aussi des effets plus spécifiques en termes de prévention des chutes, d’amélioration des capacités cognitives des personnes âgées ou encore sur la dépression (et les rechutes). D’un point de vue plus général, cela concerne un meilleur équilibre et une capacité aérobie améliorée pour les personnes ayant une faible condition physique, l’augmentation de la force des membres inférieurs ou encore l’amélioration de la qualité de vie (sommeil et bien-être).

Contre les expressions physiques de la maladie…

Les exercices spécifiques de Taiji Quan intègrent des travaux analytiques centrés sur un geste précis. Cela permet de mieux ressentir la zone isolée puis de travailler une autre zone pour finir par reconstruire un mouvement global. La complexité et la coordination nécessaire peuvent être très élevées, le dosage et la progression se font en fonction des élèves. La difficulté d’un même exercice peut être modulée en jouant sur les angulations, la hauteur à laquelle travailler ou le nombre de paramètres à gérer (membres inférieurs, un ou deux membres supérieurs, lien entre le haut et le bas du corps via le buste, relâchement de zones spécifiques, respiration, fluidité du mouvement, rythme de plus en plus lent, etc.).
L’équilibre, la posture et la marche se retrouvent améliorés grâce à un travail de placement pour limiter les gestes parasites mais aussi en isolant les groupes musculaires pour n’impliquer que ceux nécessaires au mouvement. Le mouvement consciemment et effectué de manière volontaire est possible là où les mouvements automatiques ne sont plus possibles ou perturbés.

…et les autres expressions de la maladie

Dans le Journal of Alzheimer’s Disease, Jing Tao et son équipe montrent que 12 semaines de Taiji Quan et Ba Duan Jin ont un effet sur le volume de matière grise (insula, lobe temporal médian et putamen), sans différence significative entre les deux pratiques allant dans le sens d’une prévention des déficits mémoriels chez les personnes âgées. La pratique du Taiji aide donc à réduire le déclin cognitif en entretenant une neurogénèse grâce à la sollicitation du cerveau.

Le style le plus ancien et (le plus complet) est le style Chen, les autres styles ayant travaillé des aspects spécifiques. Certains ont d’ailleurs abandonné des mouvements demandant trop d’efforts physiques ou trop complexes. Liye Zou et ses collègues montrent que les gains sont supérieurs avec la pratique du style Chen. Les cours ont une durée habituelle de 1h ou de 1h30 et sont généralement collectifs. L’effort demandé durant la pratique est plus élevé qu’il n’y parait et le temps optimal pour les personnes fragiles semble être d’1h.

Le travail des muscles profond (et de la filière aérobie) est particulièrement adapté pour lutter contre les différents types de fatigue : son aspect doux et sa réalisation en groupe étant particulièrement bénéfique pour la fatigue nerveuse et les troubles du sommeil comme le suggère la méta analyse de Yu Xiang et de son équipe.

Torbjörn Josefsson analyse les mécanismes de pleine conscience dans la pratique sportive et conclut qu’elle améliore les ruminations et régule les émotions, deux symptômes psychologiques augmentés chez les personnes âgées.

La revue systématique des traitements non médicamenteux, par Rastislav Šumec et son équipe, indique l’efficacité du Taiji dans les cas d’anxiété, de dépression ou d’apathie et sur la qualité de vie en général. Toutefois, le niveau de preuve est plus faible que pour les gains sur le plan physique. Néanmoins, ils en émettent l’hypothèse que l’équilibre physique et le bien-être mental ont un lien.

Pour conclure

La méta analyse de Song et Alii sur les effets du Taiji sur les fonctions motrices, non motrices et la qualité de vie pour les patients souffrants de la maladie de Parkinson confirme les gains d’équilibre, de posture et l’amélioration de la vitesse de marche et sur la qualité de vie. Elle suggère aussi que ces multiples gains viennent de l’approche complète qu’offre le Taiji Quan.

Mais la recherche sur le sujet doit proposer des études avec des protocoles intégrant des durées et des fréquences différentes, des groupes de patients à des stades différents pour déterminer les conditions optimales de pratique en complément des traitements principaux.

professeur de Tai QI Willy Mangin
Champion de France 2016 de Taiji Quan, style Chen
Médaille d’argent en Taiji à l’épée 2019, style Chen,
V° International Chinese Martial Arts World Tournament

championnat de France 
page facebook
site internet

Sympyômes sur lesquels le Tai Qi est bénéfique

Allergies

Parmi tous les symp­tômes asso­ciés à la mala­die de Parkin­son, les troubles cuta­nés ne sont pas très fréquents, mais ils sont néan­moins désa­gréables et déva­lo­ri­sants. Beau­coup de ces troubles cuta­nés sont dus à la mala­die elle-​même, mais parfois aussi seraient dus aux effets indé­si­rables des médi­ca­ments anti­par­kin­so­niens. Les troubles cutanés Publié le 03 janvier 2012 […]

0 commentaire

Bégaiement – Un mot pour un autre

La maladie de Parkinson se caractérise par des troubles moteurs qui peuvent affecter les muscles nécessaires à la parole. La dysarthrie est en effet une difficulté, non pas à trouver les mots ou à les agencer, mais à les articuler et les rendre audibles. Les caractéristiques de votre dysarthrie ? rythme lent voix très faible […]

1 commentaire

Confusion

Des troubles mentaux peuvent apparaître chez des patients âgés avec la maladie de Parkinson depuis plusieurs années, induits par les médicaments dopaminergiques. Ils se présentent sous forme de confusions et d’hallucinations d’abord dans les rêves que le patient vit avec agitation. La confusion dans le temps et dans l’espace demande une attention particulière de la […]

Crampes

IC nocturne Que faire ? La prise de médicaments dopaminergiques ramène le plus souvent les structures dopaminergiques atteintes à un seuil de tolérance à la douleur normal. ACUPUNCTURE MEDITATION QI QONG – Embrasser l’arbre QI QONG – Marche du rein TAI CHI SOPHROLOGIE YOGA YOGA DU RIRE

0 commentaire

Dépression et maladie de Parkinson

DE QUOI S’AGIT-IL ?

La dépression est une maladie reconnue qui peut toucher tout un chacun. On parle de dépression lorsque plusieurs symptômes s’installent sur une longue période et de façon pratiquement permanente entrainant ainsi une grande souffrance et des répercussions notables sur le quotidien. Mais il est possible de se sentir triste, « déprimé » face aux différents événements de la vie sans que cela soit une dépression.

Douleurs neuropathiques

Elles sont de Deux types : dues au système nerveux central elles peuvent être caractérisées par des « coups de couteau », des démangeaisons, brûlures ou serrement. douleurs lombaires : le cou peut être raide (névralgies) et la colonne vertébrale perd de sa souplesse et provoque des douleurs aux pieds / jambes, des engourdissements et […]

0 commentaire

Ecriture en « pattes de mouche » – Micrographie

Micrographie Il est très fréquent que les malades de Parkinson rencontrent des difficultés d’écriture, parfois très précocement, parmi les tout premiers symptômes. La main qui écrit sur une feuille rencontre une difficulté de souplesse et d’amplitude dans son mouvement, un peu comme pour la marche. Les lettres sont de plus en plus petites, mal formées […]

0 commentaire

Emotivité excessive

Techniquement, la réduction de Dopamine et de Noradrénaline provoque la défaillance des neurotransmetteurs qui perturbent les circuits limbiques, sources de l’émotivité et du plaisir. Cette défaillance provoque chez une majorité de malades deux sensiblités assez pénalisantes : Une émotivité déréglée / super-émotivité : le plus souvent excessive (attention aux films émouvants), parfois un endurcissement apparent […]

0 commentaire

Essoufflement

La maladie de Parkinson se caractérise par des troubles moteurs qui peuvent affecter vos capacités respiratoires. Les causes ? Contractions musculaires touchant aussi le système respiratoire, Repli sur soi, position épaules basses et repliées vers l’avant, Manque souvent d’activité sportive. Le comportement à adopter ? Quelques suggestions : Ouvrir les épaules et ramener les épaules […]

0 commentaire

Etourdissements

Ils peuvent être mais ne sont pas toujours un symptôme de la maladie. Ils peuvent aussi être engendrés par les troubles de l’équilibre et/ou par les problèmes d’hypotension orthostatique et parfois aussi effet indésirable du traitement. Que faire ? Peut-être un effet secondaire du traitement. Consultez votre médecin pour l’adapter. QI QONG TAI CHI

0 commentaire

Freezing – Blocage

Le « freezing » est un phénomène frustrant et mal compris : il s’agit de la difficulté à initier un mouvement ou, tout à coup et pour un court moment, d’être incapable de continuer à marcher : même si l’on veut avancer, on a l’impression d’être « figé » sur place pendant quelques secondes voire une ou deux minutes. […]

0 commentaire

Gérer la complexité

Le ressenti populaire de la maladie de Parkinson et la peur du regard des autres impactent la vie psychique du malade et des accompagnants, et la vie professionnelle du malade, débouchant souvent sur l’isolement social. Le malade parkinsonien souffre de 21 symptômes en moyenne sur les 40 que nous avons recensés. Les symptômes caractéristiques sont […]

0 commentaire

Hallucinations / Illusions d’optique

Les Hallucinations visuelles sont des images qui s’imposent à l’esprit sans aucun rapport apparent avec le contexte. Les illusions d’optique sont des manifestations visuelles éphémères. La moitié d’entre nous, malades de Parkinson, sommes familiers de l’une et/ou de l’autre pour l’avoir vécu au cours de la maladie.Sans doute dues à la maladie et incontestablement aux […]

0 commentaire

Hypersalivation

Il est très fréquent que les malades de Parkinson aient des écoulements de salive – aussi appelés sialorrhée – difficilement contrôlables. Environ 8 Parkinsoniens sur 10 rencontrent cette difficulté à un moment ou un autre. Quelle est l’explication de cette gêne très inconfortable ? La salive – entre 1 et 1,5 litre par jour, parfois augmentée […]

0 commentaire

Impatience physique – Akathisie

Symptôme classique de la maladie de Parkinson, le besoin de bouger sans cesse les jambes arrive de manière intermittente en début de maladie, et est plus récurrent et gênant avec le temps et les fluctuations des médicaments. Certains malades ne le ressentent que la nuit. Il s’agit de déséquilibres dopaminergiques : trop peu ou trop […]

0 commentaire

Lenteur des mouvements – Akinésie

L’akinésie, avec les tremblements et l’hypertonie musculaire (rigidité) fait partie des principaux symptômes de la maladie de Parkinson.L’akinésie est une lenteur d’initiation des mouvements et de la coordination des mouvements avec une tendance à l’immobilité. Elle interfère avec toutes les activités de la vie courante : la marche est ralentie, elle s’effectue à petits pas, […]

0 commentaire

Mouvements involontaires – Dyskinésie

La Dyskinésie, ce sont des mouvements anormaux et involontaires dus à l’utilisation de la DOPA qui est distribuée anarchiquement par des neurones Dopaminergiques malades. Il ne s’agit donc pas de symptômes de la maladie de Parkinson à proprement parler. La plupart des parkinsoniens développent ce type de réactions après plusieurs années de traitement. Les dyskinésies […]

0 commentaire

Problèmes de sommeil

Un sommeil régulièrement perturbé est un vrai sujet. Il peut avoir plusieurs conséquences : La nuit : Insomnie Rêves anormaux Sommeil agité Dans la journée : Somnolence progressive Endormissements profonds / immédiats et incontrôlables Il peut être utile de consulter et de pratiquer un examen de votre sommeil pour essayer de réduire la fatigue. Cet examen […]

0 commentaire

Rigidité musculaire – Hypertonie & Dystonie

La rigidité des mouvements ou hypertonie Il s’agit d’une tension excessive des muscles. Elle provoque une sensation de raideur qui peut être douloureuse. Elle peut toucher tous les muscles du corps. Cependant, elle prédomine le long de la colonne vertébrale, ce qui génère une posture penchée vers l’avant. La dystonie dite des membres supérieurs C’est […]

0 commentaire

Tremblements

Le tremblement de repos Très souvent asymétrique, il apparaît lorsque la personne a les muscles complètement relâchés, et il disparaît lors du mouvement.De fréquence 4 à 6 par seconde, il affecte surtout les bras ou les mains plutôt que les jambes. Il provoque des mouvements de la main comparables à l’émiettement du pain ou au […]

0 commentaire

Troubles de l’attention et de la mémoire – Cognitif

Les troubles cognitifs dus à la Maladie de Parkinson apparaissent assez rapidement et touchent une majorité de malades, mais ne sont pas très pénalisants. Ils ne doivent pas être confondus avec d’autres difficultés – psychologiques (apathie & tendance dépressive) ou sociales, ou simplement la fatigue). Il s’agit plutôt de troubles de : l’attention la capacité […]

Troubles de l’équilibre

La maladie de Parkinson se caractérise par des troubles moteurs qui comportent, après plusieurs années et plus ou moins intensément selon les personnes, des troubles dits axiaux dont : des troubles de l’équilibre, des difficultés à marcher, à se tenir droit(e), parfois à se cogner aux meubles, voire des chutes Ils peuvent avoir un impact […]

Troubles digestifs – Constipation

Le système digestif est NOTRE PREMIER CERVEAU. Un dysfonctionnement des milliards de neurones qui le tapissent aura une répercussion sur tout l’organisme. Il faut donc : ETRE à l’ECOUTE de notre corps, BIEN LE TRAITER avec une nourriture saine BIEN LE SOIGNER si le mal se déclare, y compris dans notre cerveau central par Parkinson […]

0 commentaire

Troubles du comportement

Les troubles du comportement reconnus dans la maladie de Parkinson, sont apparemment liés aux agonistes dopaminergiques, médicaments antiparkinsoniens. Ils peuvent être : Le développement de la créativité. « Certains patients se mettent à peindre ou à écrire alors qu’ils ne l’avaient jamais fait auparavant » ; L’hyperactivité. « Les patients bricolent ou font le ménage pendant des heures » ; […]

0 commentaire

Troubles urinaires

Les troubles urinaires sont dus à la réduction de dopamine. Ils se caractérisent par des besoins « fréquents et urgents » et perturbent la vie de plus d’un tiers des malades au début et deux tiers après 5 ans de maladie de Parkinson, dont 2/3 la nuit (nycturie). Heureusement, l’incontinence ne touche les malades que très tard […]

0 commentaire

Variation de poids, perte musculaire et rétention d’eau

Perte de poids : Les parkinsoniens maigrissent sans le vouloir. Contrairement aux « jeunes » seniors qui prennent trop de poids, les parkinsoniens risquent de maigrir involontairement. L’alimentation n’est pas toujours responsable, la perte de poids peut être provoquée par : La capacité gastrique qui peut être réduite avec l’âge ou les médicaments, Les symptômes […]

0 commentaire

Visage figé

Il est très fréquent que les malades de Parkinson aient des troubles de l’expression du visage. Cela peut s’appeler hypomimie ou amimie.Hypomimie : absence de mimique caractéristique de la mélancolie, voire de la dépression.Amimie : réduction de la mobilité du visage alors qu’il n’y a pas de paralysie.L’hypomimie et l’amimie sont à mettre en lien avec la diminution […]

0 commentaire

Vision altérée

Les problèmes Dopaminergiques déforment l’œil et la vision, même si nous n’en sommes pas toujours conscients : Hypersensibilité des pupilles (qui se désépaississent, signe avant-courreur de la maladie), Vision difficile par faible éclairage, Mouvements mal perçus, Cela peut être plus apparent lorsque vous essayez de regarder des objets se déplaçant rapidement, tels que des voitures. […]

0 commentaire

REFERENCES

  1. Peter Wayne. The Harvard Medical School Guide to Tai Chi: 12 Weeks to a Healthy Body, Strong Heart, and Sharp Mind. Harvard Health Publications
  2. Huston P, McFarlane B. Health benefits of tai chi: What is the evidence?, Canadian Family Physician, 2016.
  3. Yu Xiang, Liming Lu, Xiankun Chen, Zehuai Wen. Does Tai Chi relieve fatigue? A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials, University of Edinburgh, 2017.
  4. Liye Zou, Paul D. Loprinzi, Jane Jie Yu, Lin Yang, Chunxiao Li, Albert S. Yeung, Zhaowei Kong, Shin-Yi Chiou, and Tao Xiao. Superior Effects of Modified Chen-Style Tai Chi versus 24-Style Tai Chi on Cognitive function, Fitness, and Balance Performance in Adults over 55, Brain Sciences, 2019.
  5. Torbjörn Josefsson, Andreas Ivarsson, Magnus Lindwall, Henrik Gustafsson, Andreas Stenling, Jan Böröy, Emil Mattsson, Jakob Carnebratt, Simon Sevholt, Emil Falkevik. Mindfulness Mechanisms in Sports: Mediating Effects of Rumination and Emotion Regulation on Sport-Specific Coping, Mindfulness, 2017.
  6. Jing Tao, Jiao Liua, Weilin Liua, Jia Huanga, Xiehua Xue, Xiangli Chen, Jinsong Wu, Guohua Zheng, Bai Chen, Ming Li, Sharon Sun, Kristen Jorgenson, Courtney Lang, Kun Hu, Shanjia Chen, Lidian Chen, and Jian Kongc. Tai Chi Chuan and Baduanjin increase grey matter volume in older adults: a brain imaging study. J Alzheimers Dis. 2017 ; 60(2): 389–400. doi:10.3233/JAD-170477.
  7. Rastislav Šumec, Pavel Filip, Katelina Sheardová, and Martin Bareš. Psychological Benefits of Nonpharmacological Methods Aimed for Improving Balance in Parkinson’s Disease: A Systematic Review. Behavioural Neurology Volume 2015, Article ID 620674, 16 pages http://dx.doi.org/10.1155/2015/620674
  8. R Song, W Grabowska, M Park, K Osypiuk, GO Vergara, P Bonato, JM Hausdorff, M Fox, LR Sudarsky, E Macklin, and PM Wayne. The impact of Tai Chi and Qigong mind-body exercises on motor and non-motor function and quality of life in Parkinson’s disease: A systematic review and meta-analysis. Parkinsonism Relat Disord. 2017 August ; 41: 3–13. doi:10.1016/j.parkreldis.2017.05.019
  9. Yan Yang, Yan-lei Hao, Wen-jing Tian, Li Gong, Kui Zhang, Qi-guang Shi, Da-fang Sun, Cui-lan Li and Zhi-ling Zhao. The effectiveness of Tai Chi for patients with Parkinson’s disease: study protocol for a randomized controlled trial. Trials 16, 111 (2015). https://doi.org/10.1186/s13063-015-0639-8