Maladie chronique (durable) qui touche en France plus de 200 000 personnes, la maladie de Parkinson atteint  plus de 6,5 millions de personnes dans le monde.
Si, la plupart du temps les malades sont âgés de plus de 55 ans, maintenant une population plus jeune est concernée.
Dans la majorité des cas, elle n’affecte pas l’espérance de vie.

Actuellement, les traitements médicaux proposés par les Neurologues sont symptomatiques. Malgré de nombreux programmes de recherche, la maladie de Parkinson ne peut-être guérie pour l’instant. Les traitements permettent de compenser le manque de dopamine et de réduire ainsi les symptômes, améliorant ainsi la qualité de vie.

Une maladie du cerveau…

Il s’agit d’une maladie neurologique qui débute en général vers 55 ans et qui touche principalement le cerveau, et plus particulièrement une zone que l’on appelle la « substance noire ». Celle-ci contient des cellules nerveuses (neurones) qui sécrètent une substance chimique, la dopamine, indispensable au bon déroulement de tous les mouvements.
Dans la maladie de Parkinson, pour des raisons encore mal connues, ces neurones dégénèrent progressivement, c’est-à-dire qu’ils vont diminuer de volume, c’est pour cela que l’on parle de maladie neuro-dégénérative. Il y a alors progressivement une diminution de sécrétion de la dopamine et les mouvements deviennent plus difficiles à réaliser. Des troubles moteurs apparaissent progressivement.

… qui peut prendre des formes diverses 

La maladie de Parkinson se manifeste par des symptômes qui peuvent être très différents d’un patient à l’autre. Selon les patients, elle se manifeste par des tremblements incontrôlables que l’on retrouve chez 60% des patients, ou par des symptômes plus diffus, comme la dépression, des troubles du comportement et différentes perturbations motrices. Les symptômes liés à la maladie ne sont observables que lorsque la disparition de moitié des neurones de la substance noire est atteinte.

La maladie de parkinson présente un socle de commun de quatre symptômes :
• L’akinésie ou lenteur : difficulté à initier le mouvement, réduction de l’amplitude. Cela s’observe souvent dans les mouvements nécessitant de la précision (écriture) ou des mouvements semi-automatique (la marche). Elle s’observe notamment par la micrographie (écriture de plus en plus petite) et la perte du ballant du bras.
• La raideur, rigidité, hypertonie musculaire : tension excessive des muscles créant des douleurs musculaires et une sensation de raideur. Elle s’observe aussi au repos.
• Les tremblements : de façon caractéristique, il s’agit d’un tremblement au repos, c’est-à-dire qui persiste même lorsque le malade n’effectue aucune action particulière, qu’il soit immobile, assis ou couché. Ce sont essentiellement les mains qui sont touchées et on peut observer des mouvements « d’émiettement de pains » caractéristiques de la maladie.
• Les troubles de la marche : Notamment, Petits pas et une posture antéfléchie progressive.

En parallèle, d’autres symptômes de la maladie peuvent apparaître. Parmi eux :
• Les troubles du sommeil ;
• La constipation ;
• L’incontinence ;
• La dépression ;
• L’hypotension orthostatique ;
• La dysarthrie, trouble de l’articulation et de la phonation ;
• L’absence d’expression faciale, visage figé ;
• Les troubles psycho-émotionnels : anxiété, irritabilité, manies ;
• ….
Nous avons recensé et décrits l’ensemble de ces symptômes sur ce site.

Une maladie dont on peut seulement réduire les symptômes 

Actuellement, malgré de nombreux programmes de recherche, la maladie de Parkinson ne peut-être guérie, mais les Neurologues administrent des traitements médicaux qui « ressemblent à la dopamine » et qui réduisent et parfois même « gomment » les symptomes.

Ces traitements médicaux sous contrôle de votre Neurologue et de votre Médecin généraliste sont indispensables. Ils permettre de réduire les effets de la maladie.

Il existe également des approches thérapeutiques différentes et complémentaires qui peuvent améliorer vos symptômes et soulager votre quotidien.
Nous avons entrepris de vous présenter sur ce Site, pour chaque symptôme recensé, le ou les thérapies complémentaires associées.

La publication a un commentaire

  1. MariJo

    Merci pour cet article MJL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
En insérant un commentaire, vous acceptez la possibilité qu'il soit publié et visible par les autres utilisateurs.
Pour un message confidentiel, cliquez sur le lien Nous contacter.